Halloween.

14112008

Comme chaque 31 octobre c’est Halloween, et cette année ça tombe bien c’est un vendredi ! Tout au long de la journée j’ai croisé des personnes déguisées. Des super héros aux morts-vivants, des sorcières aux pom-pom girls écorchées, tous n’avaient qu’un seul but: que l’on se retourne en les croisant. Certains maquillages de plaies sur le visage étaient digne de studios hollywoodiens.

dsc00592b.jpg

Des citrouilles avec l’ours emblème de la Californie, le symbole du partie démocrate et Obama. On était à quatre jours des élections.

Le soir venu, les personnes habillées normalement se font de plus en plus rares. Les citrouilles envahissent les balcons. Les enfants sonnent à notre porte comme des malades, bref il est temps de partir pour San Francisco. Je mets un gilet, un chapeau et un bandana. On me colle quelques faux tatouages. Et me voilà déguisé en « dark cowboy ». Dans le centre ville l’ambiance est bon enfant, tout le monde cherche un endroit où aller. La majorité des clubs était complets et il pleuvait pour la deuxième fois en deux mois.

 dsc00612.jpg

Le métro de San Francisco.




En direct de Grant Park !

4112008

Merci à Amélie, une autre étudiante de l’ UTC aux Etats-Unis pour le semestre, d’avoir rédigé cet article pour le blog. Elle et son groupe ont eu la chance d’être au coeur de l’événement le 4 novembre.

 » Barack Obama avait annoncé qu’il allait faire son discours, le soir des élections, en direct d’un parc en plein cœur de Chicago, dans l’Illinois. C’est donc dans l’état où il est sénateur, que Monsieur Obama avait choisi de se rendre cette soirée là. La ville avait pour l’occasion éclairée les antennes de la plus haute tour avec les couleurs des deux parties Républicain et Démocrate : Rouge et Bleu. Une autre tour affichait les lettres USA sur une de ses façades.

n58222262014709712426.jpg


Nous sommes arrivés à Chicago le jour des élections, aux environs de 18h, et nous avons d’abord été surpris du peu de monde dans les rues alors que nous abordions le centre-ville. Puis au fur et à mesure que l’on se rapprochait de Grant Park, on sentait que l’effervescence montait, les rues commençaient à se remplir. La foule se dirigeait vers un même lieu : ce qui allait être le cœur de l’avènement du futur président. Tous ces Américains rassemblés portaient l’effigie du même homme : Barack Obama. Nous avons donc suivi le flot, et avons vécu l’événement avec tous ces hommes qui espéraient que l’avenir de leur pays allait changer bientôt. Entre 19h et 23h, nous avons attendu devant l’écran géant retransmettant la chaîne CNN en direct. A chaque fermeture de bureau de vote, les résultats tombaient pour un état, et toute la foule acclamait lorsque son candidat affichait le meilleur score dans la circonscription. Après quatre heures de moments calmes ponctués d’ovations, l’annonce du futur président est tombée subitement.

n58222262014709681476.jpg

 

La foule est devenue encore plus expressive, et hors d’elle même. L’ambiance sur place était telle que j’ai eu l’impression que quelque chose d’historique était en train de se passer. En période de crise, tous les espoirs sont maintenant remis entre les mains du premier président noir des États-Unis. »  Amélie.




Le vocabulaire du mois.

4112008

A screwdriver est un tournevis. Si vous demandez un tournevis dans un bar, on vous servira une vodka-orange hahaha.

pinup167.jpg

Les filles accrochées sur le coin d’un mur sont devenues les pin-up, cela vient de To pin-up : épingler, punaiser.

A picnic est un pique-nique. Mais l’expression  It wasn’t a picnic est utilisé pour d’écrire quelque chose de négatif de difficile. Cela se traduit par : c’était pas de la tarte, du gâteau.

elv00381f2.jpg




Les deux amériques.

4112008

A mon tour de vous raconter ma journée du 4 novembre. Dès le matin, des militants étaient placés sur le bord des routes avec des pancartes. De nombreuses personnes avaient déjà l’auto-collant « I voted » sur leurs vêtements. Au laboratoire tout le monde est anxieux. Oui Obama est donné favori mais on ne sait jamais.

dsc00741c.jpg

Obama (si si c’est bien lui) avec les traits du premier président républicain Lincoln qui a complètement aboli l’esclavage en 1865 à la fin de la guerre de sécession. (Photo prise dans une ruelle à Los Angeles).

Le soir venu, je vais suivre les résultats dans un appartement avec d’autres américains. Plusieurs états importants sont tombés, ils sont donc confiants. CNN, pour l’occasion, nous présente son nouveau gadget technologique. La journaliste en direct de Chicago est présente dans le studio par hologramme. Les humoristes en parlent encore (oui les américains se moquent très bien d’eux-même…). Les derniers bureaux de vote de la côte ouest vont bientôt fermer. Le compte à rebours commence… 8h… c’est officiel Obama remporte les élections ! Tout le monde est content, dehors les klaxonnes se font de plus en plus nombreux. On écoute le discours très élègant de défaite de John Mc Cain qui montre enfin son vrai visage. Maintenant on attend Obama à Grant Park. Lorsqu’il fait son entrée et commence son discours, comme l’a déjà dit Amélie, on ressent l’histoire s’écrire sous nos yeux. On a un peu aussi parlé de la robe de Michelle Obama…

dsc00879a.jpg

Une association de motards américains rencontrée par hasard sur une aire d’autoroute. Ils sillonnent le pays avec des drapeaux pour que l’on se souvienne des soldats engagés en Irak.

Un peu plus tard lorsque j’atteins le centre ville, la rue principale est remplie. La foule scande au choix « O-BA-MA  » « YES WE CAN » ou « YES WE DID ». Quelques uns escaladent ce qu’ ils peuvent, arbres, poteaux, feux rouges, pour déployer une affiche au visage du nouveau président. A l’intérieur du campus, c’est le même spectacle. Des musiciens du band déboulent avec leurs instruments. Ils commencent à jouer l’hymne national, repris en coeur par la foule. Ce soir de 4 novembre, beaucoup étaient redevenus fiers d’être américain.




Los Angeles.

2112008

Le weekend dernier direction Los Angeles avec une fraternité pour le match de foot US contre l’université de Californie du Sud. Après 6 heures de route dans un camping-car on arrive aux abords du stade. Le lendemain tous les parkings se remplissent d’immenses vans, de voitures, de caravanes. Et faire du camping, même pour un weekend, en américain ça veut avant tout dire : SUR-E-QUI-PE. C’est bien simple ils avaient tout : barbecues de largeur 1 mètre avec bombonne de gaz intégrée, immenses fauteuils avec des emplacements pour mettre son gobelet, tonnelles aux couleurs de l’équipe et des paraboles reliées à une télé écran plat grand angle pour suivre l’échauffement des joueurs. Le campus est plein d’étudiants qui organisent des fêtes, toujours comme dans les films. Il est 17h le match commence, l’heure pour moi de me diriger vers Hollywood boulevard pour faire mon touriste. 

dsc00715b.jpg

Le campus de USC, jolie aussi.

dsc00733b.jpg

Après 30 min en bus, tout en ligne droite et sans jamais avoir quitté la même ambiance : maisons, béton, béton, maisons, station service, maisons, béton, béton, banque, j’arrive à destination.

dsc00787.jpg

L’une des choses à voir est bien sûr le « walk of fame » long d’environ 3 miles partagés entre les deux trottoirs. On passe son temps à chercher quelqu’un que l’on connait ! 2 500 étoiles avaient été créées en 1958, 2 200 ont été environ utilisées aujourd’hui.

dsc00809.jpg

Je continue de marcher, il y a beaucoup de monde, de touristes, de circulation. Depuis quelques minutes des voitures de police déboulent sur le boulevard par groupe de quatre. J’arrive au Kodak Théâtre là où ils remettent les oscars. C’est aussi un centre commercial. Je fais un tour des magasins, essaye de négocier pour rentrer dans le théâtre juste pour faire une photo mais en vain (difficile de négocier en règle général ici…). Lorsque j’arrive sur le toit, le quartier était verrouillé.

dsc00846.jpg

dsc00838.jpg

Bermudas, casquettes, appareils photo avaient été échangés avec uniformes, casques, matraques. Une interminable colonne de voitures de police avait pris place sur la boulevard. La manifestation était pour le mariage homosexuel et donc contre la proposition numéro 8 qui a gagné aux élections, enfin pour le moment…

Explication :  lors des élections américaines on vote aussi pour toutes une série de référendums concernant son état. Depuis le mois de mai 2008 le mariage gay a été autorisé par la cour suprême californienne. Si vous voulez modifier quelque chose et que vous avez assez de partisans avec vous, vous pouvez créer une proposition. Donc ici, la proposition numéro 8 était d’annuler le droit au mariage homosexuel. Le résultat n’est pas encore connu, les vois par correspondance n’ont toujours pas été comptés. Si la proposition l’emporte, on ne sait pas si elle sera rétroactive et ce que deviendra donc les 18 000 mariages déjà effectués.

 

dsc00791.jpg

On peut considérer cette photo comme ratée mais je trouve qu’elle représente assez bien Los Angeles. Finalement il n’y pas grand chose à voir. La ville ne cesse de s’étendre, de s’agrandir de façon tentaculaire avec ses grandes artères bétonnées. Chaplin et les autres semblent bien loin de ce quelque chose que l’on a nommé Kodak theatre et des bus permettant aux touristes de prendre en photo les portails des plus grandes stars hollywodiennes actuelles.

 




WTF ?

28102008

Nouveauté ce mois ci ! La mise en place d’un jeu sous forme de devinette. Le lot pour cette première session est l’agenda de poche du laboratoire 2009. Sur le quatrième de couverture vous trouverez la table des éléments périodiques et à l’intérieur 18 pages de formules scientifiques qui vous aideront à optimiser vos rendez-vous. Cet objet ultra hype est envoyé au compte gouttes tout autour du monde (véridique). En un mot c’est le must-have de votre année 2009 !

photojeu0051b.jpg

Pour gagner il suffit de répondre en premier par un commentaire à la question suivante : que veut dire WTF dans cette histoire ? La réponse n’est pas « What the fuck » (bien que ce soit le jeu de mots voulu).

Deux américains discutent, l’un raconte ses vacances en France dans une maison qu’il avait loué.

« Alors que l’on avait une fuite dans la villa et que l’eau jaillissait de partout. Le plombier a fait finalement son apparition 4 heures après mon coup de fil, sans aucun outil, et en ajoutant : je suis juste là pour jeter un coup d’ oeil« . WTF !

Allez, même si vous ne savez pas avec un peu d’imagination vous pouvez trouver ;-) .




Maverick.

10102008

Salut les D’jeunes ! Petit point sur les élections US. Depuis lundi, tout le monde me demande ici, si j’ai vu la rigolote parodie du débat pour la vice-présidence entre Biden et Palin dans le Saturday Night Live. Alors tous à vos dico (oui pas encore de version traduite ou sous-titrée) pour comprendre ce que dit la pétillante Tina Fey qui est en train de devenir un phénômène de société. Ici vous avez le lien vers le sketch : Saturday Night Live.

En dessous le début de l’original : « Je peux vous appeler Joe ? » Et hop, un petit clin d’oeil pour séduire les électeurs (5m32).

Image de prévisualisation YouTube

Ce que vous devez savoir avant tout :

- La présentatrice va sortir un livre au sujet des hommes politiques afro-américains et est donc pro-Obama d’où une polémique…

- Joe Biden a été choisi pour compenser le jeune âge et le manque d’expérience de Barack Obama en matière de sécurité et de politique étrangère. Il a l’image d’un homme arrogant aimant s’écouter parler. Lui et John Mc Cain sont amis, je veux dire pas seulement sur facebook.

- Sarah Palin a donné un énorme coup de souffle à la campagne de Mc Cain. Cette simple « hockey mom » (mère au foyer), comme elle se définie, renforce les républicains dans leurs valeurs. Les humoristes n’ont, le plus souvent, qu’à recopier ses déclarations. Elle a été enfermée dans le ranch de Mc Cain pendant une semaine pour être prête. On a souvent l’impression qu’elle récite et ne se gêne pas pour répondre à côté des questions.

- Un « Joe six-pack » est le type du coin qui boit des bières. Cela dérive de John Doe qui est employé lorsque l’on ne connait pas le nom d’une personne (M. Dupont), par exemple quand l’on recherche un suspect ou que l’on retrouve un amnésique. On ne sait pas trop ce que Sarah Palin a voulu dire en employant ce terme (voir partie 2 du vrai débat). Elle ne parle pas très bien en règle général.

- Maverik est le mot du jour ! Traduire rebelle ou anticonformiste, il a été prononcé tout au long des 2 heures. Ici les étudiants ont une façon originale de suivre les débats politiques, pour comprendre regardez la dernière blague du sketch ! Juste en dessous le point culminant où le mot peut être entendu 9 fois en une minute. Certains ne se relèveront jamais.

Image de prévisualisation YouTube

 







souvenirs de vacances |
un ptit voyage en Inde |
gotofareast |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SPQRSNSP
| Paris apartment
| prisca27